Les écoutes sonores 2022

JANVIER – FEVRIER 2022

DONNER SON CORPS AU SON !
Rendez-vous annuel, « Les écoutes sonores » sont l’occasion de découvrir l’avancée des travaux menés au sein du laboratoire sonore de l’Espace Pasolini, tout au long de l’année.

————————-
SON & DANSE :

chaque vendredi (20h00 – les 21 & 28 janvier, le 4 février), Philippe Asselin, chef d’orchestre du Labo, et Esteban Fernandez, artiste associé, seront rejoints par une danseuse ou un danseur, pour un véritable moment d’échanges, d’expérimentations et de créations.

————————-
SON :
chaque samedi (20h00 – les 22 & 29 janvier, le 5 février), Philippe Asselin et Esteban Fernandez seront présents, pour des soirées autour du / des son(s).

————————-
SIESTE SONORE :
lors de deux dimanches (11h00 – les 23 & 30 janvier), les deux compères vous proposent un moment pour revenir à soi, s’écouter et respirer, en écho avec un instrumentarium régulièrement renouvelé. Regardez ou fermer les yeux, tendez les oreilles, ressentez les vibrations dans votre corps.

Ne manquez pas la richesse de toutes ces rencontres. N’hésitez pas à assister à plusieurs soirées ; chacune aura une couleur singulière !

————————-
L’entrée est GRATUITE, sur réservation OBLIGATOIRE.
————————-
Contexte ‘situation sanitaire’ :
Pour le moment, il est absolument OBLIGATOIRE de réserver vos places en amont, d’évidemment respecter les gestes barrières et d’être en possession (^^ peut varier selon les obligations légales d’ici-là) :
✅ d’un test négatif de moins de 24h
✅ (ou) d’un Pass sanitaire (schéma vaccinal complet)
✅ (ou) d’un certificat de rétablissement datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois.

————————

« Donner corps dans le même laps à l’écoute de celle de celui qui le perçoit ce son
Voilà le programme de ces ECOUTES SONORES 2022 !

Vivre à l’intérieur de soi qui vibre alors qui provoque le geste juste
Pour la danseuse le danseur il est l’inspiration première ce son
– fut-il apparemment silence –

La responsabilité de celle de celui qui « sonne » est entière.
Il est question de temps, d’immobilité, « d’initialité » du geste – son inspiration –
question de sa continuité invisible mais audible – son souffle –
question d’invisibilité, d’architecture sonore, de sculpture en quelque sorte murmurant
question de l’existant rapport-miroir au naissant
question de sa fluidité de sa finalité – son expiration – sa disparition momentanée
peut-être apnéique.

Nous parlerons de tout cela avec vous si vous venez nous rejoindre en janvier de l’année
qui vient qu’il faut penser meilleure que l’actuelle à Pasolini comme ailleurs partout
… »

Philippe Asselin